Dim06132021

mise a jour :Lun, 19 Oct 2020 1pm

Sa’yi

D - SA’YI




Après le tawàf et namàze, il faut accomplir le sa’yi. Il n'est pas nécessaire de faire le wouzou.



Il faut commencer le sa’yi au Mont Safà et ne pas oublier le niyat : "je fais le sa’yi de 7 parcours entre Safà et Marwà pour le Oumrà-é-tamatto, Hadjoul Islàm wadjib kourbatane ilallàh.".



Et si possible monter un peu sur la colline ou à défaut la toucher des pieds.

Un aller entre Safà et Marwà compte comme un parcours et le retour de Marwà à Safà est le 2ème parcours.



Un sa’yi comprend 7 parcours, c'est-à-dire 3 aller-retour, plus 1 aller. Ainsi le sa’yi commence à Safà et se termine à Marwà.


Il est nécessaire que dans le parcours de Safà à Marwà, la face soit dirigée vers Marwà, et au retour elle soit dirigée vers Safà. On ne peut donc marcher ni de côté, ni à reculons.



Sans raison express, ne pas s'arrêter au cours du trajet, par contre on peut se reposer sur Safà ou sur Marwà.



Le temps écoulé entre la fin du tawàf et le début du sa’yi n'a pas d'importance.



Si par erreur, on fait moins de 7 parcours (4, 5 ou 6), on doit les compléter dès que l'on s'en aperçoit. Si on fait moins de 4 parcours, il faut recommencer.



Recommandation :



Hawala : marche rapide.

Pendant le sa’yi, marcher normalement, ni trop vite, ni trop lentement, sauf une partie (signalée par deux rangées de lampes en tube verte) où il faut marcher à pas très rapides (sans faire une course).





LES INVOCATIONS (DOU’A) DU SA’YI





Dou’à sur le monticule Safà



Allàhoumma, nawwir bil ‘ilmi qalbi, wasta’mil bi tà’atika badani, wa khàllis minal fitani sirri, washghal bil ‘itibàri fikri, wa qinî sharra wassàwiss shaytàni, wa adjirni minhou yà rahmàne hattà là yakouna lahou alayya soultàne.

Rabbana innanà àmannà faghfirlanà zounoubanà wa qinà azàbannàr.



>> Ô Seigneur ! Illumine mon esprit par le savoir et anime mon corps par Ton obéissance. Délivre mes pensées des tentations, occupe mon esprit par les leçons à tirer de l’expérience. Je cherche refuge auprès de Toi contre les tentations de Satan. Protège-moi de lui, Ô Seigneur, et fais qu’il ne puisse jamais m’influencer.

Ô Seigneur ! Nous croyons en Toi, pardonne nos péchés et épargne nous les souffrance de l’enfer.



‘Abda’ou bimà bada’Allahou wa rassoulouhou, inna-ssafà wal marwata mine sha’a’irillah, famane hadjdjatal bayta aw i’timara, falà dhounàha ‘alayhi ann yattawwaffa bihima, wa mane tatawwa’a khayrane fa innallàha shakiroune ‘alîme.



>> Je commence par là où Dieu et son Messager ont commencé. As-Safà et Al Marwà sont des rites prescrits par Dieu. Celui qui accomplit le grand ou le petit pelerinage du Temple peut sans inconvénient célébrer la procession entre elles. Ceux qui le font de grand cœur le font pour leur bien, car Dieur est reconnaissant et omniscient.


Douà après le Niyyat



Allàhoumma inni ouridou ann as’à mà bayna as-safà wal marwata sab’ata ashouàtine sa’ya (l -hadjdjou) (l - oumrà) lillàhi ‘azza wa djalla, yà rabbil ‘àlamine.

Allàhou Akbar, Allàhou Akbar, Allàhou Akbar, wa lillàhil hamd.




>> Seigneur ! Je voudrais accomplir sept fois la procession entre As-Safà et Al Marwah, en célébration du Grand pelerinage (ou petit pelerinage, selon le cas). Pour Dieu, Le Glorieux, Le Tout-Puissant, Seigneur des mondes.

Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand. A Dieu toute louange.






Douà durant le premier parcours (De Safà vers Marwàh)



Allàhou akbar !, Allàhou akbar !, Allàhou akbar !, Allàhou akbarou kabirà, wal hamdoulillàhi kaçîra, wa soubhanallàhil ‘azime, wabi hamdihil karime, boukratane wa assîla, wa mine al-layli fasdjoudou, wa sabbih-hou laylane tawîla. Là ilàha illàhou wahdah, andjazà wa’da, wa nassara ‘abdàh wa hazamal ahzàba wahda, là shay’a qablah, wa là shay’a ba’dah, youhi wa youmitou, wa houwa hayyoune dà’imoune là yamoutou wa là yafoutou abadà, bi yadihil khayre, wa ilayhil massîre, wa houwa ‘alà koulli shayîne qadir.



>> Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand.

Dieu est plus grand que tout ce qu’on peut imaginer, qu’Il soit très loué. Que le Très Glorieux soit exalté et qu’on Lui rende grâce matin et soir. Prosterne-toi à Lui une partie de la nuit, et adore Le durant une grande partie de celle-ci.

Il n’y a pas d’autre dieu de Dieu, l’Unique, qui a tenu sa promesse, donné la victoire à son serviteur, et vaincu à lui seul les fractions coalisées.

Rien ne Le précède, et rien ne Lui succède. Il donne la vie et la mort. Il est l’Eternel, le Sempiternel qui ne meurt jamais.

C’est Lui qui détient tous les biens (matériels et moraux) et c’est à Lui que nous reviendrons et Il a la puissance sur tout.


Douà durant le deuxième parcours (De Marwàh vers Safà)



Allàhou akbar !, Allàhou akbar !, Allàhou akbar !, wa lillàhil hamd. Là ilàha illallàh, al wàhidoul fardou, as samade, allazi lam yattakhiz sàhibatane walà waladà, wa lam yakoun lahou sharikoun fil moulk, wa lamyakoun lahou waliyyoune mine ‘azzoul, wa kabbirhou takbîrà.

Allàhoumma innaka qoulta fî ktàbikal mounazzal « ‘oudouni astadjib lakoum » da awnàka rabbanà, faghfilanà kamà amartanà innaka là toukhlifoul mi’àde.



>> Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand.

Il n’y a point d’autre dieu que Dieu, le Seul, l’Unique, de l’unicité la plus pure, Lui qui n’a jamais eu de compagne, ni de fils, ni d’associé qui eut partagé avec Lui le Trône de l’univers dont l’immense gloire ne sauraut se ternir par un soutien humiliant. Qu’Il soit exalté !
Seigneur ! Tu as dit dans le Livre que Tu as révélé « invoquez-moi, je répondrai à vos prières. »

Seigneur ! nous T’avons invoqué, absous donc nos péchés, car Tu ne rétractes jamais une promesse.



Rabbanà innanà sami’nà mounàdiyane younàdi lil imàne ann amînou birabbikoum fa àmannà rabbanà faghfirlanà zounoubanà wakaffir ‘annà sayyî àtinà wa tawaffanà mà’al abràr. Rabbanà wa àtina mà’wa’datanà ‘alà rassoulika walà toukhzinà yawmal qiyàmah innaka là toukhlifoul mi’àde.

Rabbanà ‘alayka tawakkalnà wa ilayka anabnà wa ilaykal massîr. Rabbanaghfirlanà wali ikhwàninàl lazîna sabaqounà bil imàne walà tadj’al fî qouloubinà ghillan lillazîna àmanou, rabbanà innaka ra’oufour rahîme.



>>Seigneur ! Nous avons entendu (un messager) appeler à la foi : « Croyez en Dieu » avaertissait-il et nous avons cru en Toi ? Pardonne nos fautes et efface nos mauvaises actions, fais-nous mourir parmi les vertueux.

Seigneur ! Donne nous ce que Tu nous as promis par l’intérmédiaire de Tes Prophètes. Fais que nous ne soyons pas parmi les maudits le Jour du Jugement dernier, Seigneur, Tu ne manques jamais à une promesse.

Seigneur ! Nous ne comptons que sur Toi. C’est à Toi que nous nous repentons et c’est vers Toi que nous reviendrons. Pardonne nous et pardonne à nos frères qui nous ont précédés et qui ont cru avant nous. Chasse de nos cœurs toute rancune contre les croyants, Seigneur, Tu es Compatissant et Miséricordieux




Douà durant le troisième parcours (De Safà vers Marwàh)



Allàhou akbar, Allàhou akbar, Allàhou akbar, walillàhil hamd

Rabbanà atmim lanà nouranà, waghfirlanà, innaka ‘alà koulli shayine qadir.

Allàhoumma inni ass-aloukal khayra koullahà, adjilahou wa’adjilah, wastaghfirouka li zan-bi, wa ass-alouka rahmataka yà arhamar ràhimîne.

Rabbighfir war-ham wa’fou watakarram watadjawwaz ammàta’lam innaka ta’lamou mà là na’lam, innaka anta allàhoul a’azzoul akram



>> Dieu est le plu grand, Dieu est le plu grand, Dieu est le plu grand, à Dieu les louanges.

Seigneur ! Parachève notre lumière et pardonne-nous car sur toute chose Tu as le pouvoir.

Seigneur ! Je Te demande tout le bien pour le présent et pour le futur. Je T’implore Ton pardon et fais appel à Ta Miséricorde, Ô Le plus Miséricordieux des miséricordieux.

Seigneur ! Pardonne et soit Clément, sois Indulgent et étend Ta Grâce et sois Généreux. Ne tiens pas compte de ce que Tu sais, Toi qui connais ce que nous ignorons. Tu es Le Tout Puissant et le plus Généreux.



Rabbi zidn ‘ilma wa là touzigh qalbi ba’da iz-hadaytani wa habli min-ladounka rahmah innaka antal whhàb.

Allàhoumma ‘àfini fi sam’i wafi bassari, là ilàha illà anta.

Allàhoumma inni a’ouzoubika min-‘azàbil qabr. Là ilàha illà anta soubhanaka inii kountou minazzàlimine.

Allàhoumma inni a’ouzou bika minal kouffri wal faqr.

Allàhoumma inni a’ouzoubi ridàka min-sakhatika wabi mou’àfàtika min-‘oukoubàtika



>>Seigneur ! Augmente ma science, ne fais pas dévier mon cœur guidé. Fais-moi don d’une grâce issue de Toi. Car Tu es réellement le meilleur des dispensateurs.

Seigneur ! Protège mon ouie et ma vue, il n’est point d’autres dieux que Toi.

Seigneur ! Je cherche refuge auprès de Toi contre le châtiment de la tombe. Il n’est point d’autres divinités que Toi, sois exalté ! J’ai en effet été parmi les injustes.

Seigneur ! Je me réfugie auprès de Toi contre l’infidélité et contre la pauvreté.

Seigneur ! Je me réfugie auprès de Ta satisfaction contre Ta malédiction, et auprès de Ton indulgence contre la punition.






Douà durant le quatrième parcours (De Marwàh vers Safà)



Allàhou akbar, Allàhou akbar, Allàhou akbar, walillàhil hamd

Allàhoumma inni ass-alouka min-khayri mà tà’lma, wa a’ouzoubika min-sharri mà tà’lam, wa astaghfirouka min-koulli mà tà’lam, innaka ‘allàmoul ghouyoub

Là ilàha illallàh, al màlikoul haqqoul moubine. Mouhammadour rassouloullàh, assàdiqoul wa’dil àmîne.

Allàhoumma inni ass-alouka kamà hadaytani lil islàm allà tanzi’ahou minni hattà tatawaffàni wa anà mouslim.





>> Dieu est le plu grand, Dieu est le plu grand, Dieu est le plu grand, à Dieu les louanges.

Seigneur ! Je te demande quelques bienfaits parmi le meilleur de ce que Tu sais. Je cherche en Toi un refuge contre le pire de ce que Tu connais. Je sollicite Ton pardon de tout ce que Tu sais, car Tu es le Seul à connaître de la façon la plus parfaite les mystères les plus impénétrables.

Il n’y a pas de dieu que Dieu ! Le Souverain et La Vérité édifiante. Mouhammad le Sincère, le Respecteux de la parole donnée est Son Messager.

Seigneur ! Je sollicite de Toi qui m’as guidé vers l’islam, de ne pas m’en priver jusqu’au moment où Tu mettras fin à ma vie. Fais moi mourir musulman.



Inna-s-safà wal marwata min-sha’à-irillah fa man hadj-djal bayta aw i’timara falà djounàha ‘alayhi an-yattawwafa bihimà, wa man tatawwa’a khayran, fa innallàha shàkiroun ‘alim



>> As-Safà et Al Marwàh sont des rites prescrit ^par Dieu. Celui qui accomplit le grand ou le petit pelerinage du Temple n’encourt aucun inconvénient à y célébrer la procession. Ceux qui le font pour leur bien, car Dieu est Reconnaissant et Omniscient.



Rabbighfir war-ham wa’fou watakarram watadjawwaz ammàta’lam innaka ta’lamou mà là na’lam

Inna-s-safà wal marwata min-sha’à-irillah fa man hadj-djal bayta aw i’timara falà djounàha ‘alayhi an-yattawwafa bihimà, wa man tatawwa’a khayran, fa innallàha shàkiroun ‘alim



>> Seigneur ! Pardonne et sois Clément, sois Indulgent et étend Ta Grâce et sois Généreux. Ne tiens pas compte de ce que Tu sais, Toi qui connais ce que nous ignorons.

As-Safà et Al Marwàh sont des rites prescrit ^par Dieu. Celui qui accomplit le grand ou le petit pelerinage du Temple n’encourt aucun inconvénient à y célébrer la procession. Ceux qui le font pour leur bien, car Dieu est Reconnaissant et Omniscient.







Allahoummà a-dj’al fi qalbi nourà wa fi sam’i nourà wa fi bassaàri nourà

Allahoummà shrahli sadri wa yassirli amri wa a ouzou bika min shrahli wassàwissi-s-sadr, wa shatàtil amr, wa fitnatil qabr.

Soubhanakà mà’abadnàka haqqa ‘ibadatika yà allàh. Soubhànaka mà dhakarnàka haqqa dhikrika yà allàh.





>>Seigneur ! Illumine ma pensée, mon ouie et ma vue, soulage mon cœur et facilite ma tâche.

Je cherche en Toi un refuge contre les mauvaises pensées (insinuées dans l’esprit), contre le désordre des choses, contre les tourments de la tombe.

Sois glorifié Seigneur ! Nous ne T’avons jamais adoré autant que Tu le mérites et nous ne T’avons guère invoqué autant que Tu le mérites.




Douà durant le cinquième parcours (De Safà vers Marwàh)







Allàhou akbar, allàhou akbar, allàhou akbar, wa lillàhil hamd.

Soubhànaka mà shakarnàka haqqa shoukrikà yà allàh soubhànaka mà à’là shàinaka yà allàh.

Allàhoummà habbib ilaynal imàn, wa zayyinhou fi qouloubina, wa karrih ilaynal koufra wal foussouqà wal isyàn wa dj’alna minar ràshidine.





>> Dieu est grand, Dieu est grand, Dieu est grand, Dieu soit loué.

Seigneur, nous ne T’avons jamais remercié à Ta juste mesure. Que Ta gloire est grande, O mon Dieu !

Gloire à Toi Seigneur ! Que Ta grandeur est sublime ! Seigneur ! Fais nous aimer la foi, magnifie-la dans nos cœurs. Fais nous hair l’incroyance, la débauche et la désobéissance et fais que nous soyons parmi ceux que Tu as bien éclairés.







Rabbighfir-war-ham, wa’ fou wa takarram, wa tadjàwaz tà’lam, innaka tà’lamou mà là na’lam, innaka anta allàhoul à’zzoul akram.

Allàhoummà qini a’zàbaka yawma tab ‘àçou ‘ibàdak.

Allàhoumma hadinî bil houdà wa naqqini bit taqwa waghfirli fil àkhirati wal oulà

Allàhoumma-b-sout à’laynà min barakàtika. Wa rahmatik, wa fazlika, wa rizqik.

Allahoummà inni as’aloukan-n-a’im al mouqim, al lazi là yaboulou wa la yazoulou abadà.



>>Seigneur, pardonne et sois clément, étend Ton indulgence et sois généreux. Ne tiens pas compte (des fautes) que Tu connais. Car Tu connais ce que nous ignorons.

Tu es en effet le plus Puissant et le plus Généreux, O Seigneur !

O mon Dieu ! Epargne-moi Ton châtiment le Jour où Tu ressusciteras Tes créatures.

Seigneur ! Guide-moi dans la bonne direction. Purifie mon âme par la piété et accorde-moi le pardon pour ici-bas et pour l’au-delà.

Seigneur ! Etends sur nous un peu de Ta bénédiction, de Ta miséricorde, de Ta grâce et de Ta générosité.

Seigneur ! Je Te demande la béatitude continue qui ne change, qui ne cesse jamais.








Douà durant le sixième parcours (De Marwàh vers Safà)







Allàhou akbar ; allàhou akbar, allàhou akbar, wa lillàhil hamd.

La ilàhà illallàhou wahdah, sadaqà wa’dah, wa nassara a’bdah, wa hazamal ahzàba wahdah. Là ilàhà illallàh, wa là na’boudou illà iyyàh, moukhlissinà lahou-d-in, wa law karihal kàfiroun.

Allàhoumma inni as’aloukal houdà wa-t-touqà, wal a’fàfa, wal ghinà.

Allàhoumma lakal hamdou kallazi naqoul, wa khayran mimmà na qoul.






>> Dieu est le plus Grand, Dieu est le plus Grand, Dieu est le plus Grand, Dieu soit loué.

Il n’y a pas d’autre divinité que Dieu seul. Il a tenu sa promesse, donné la victoire à son serviteur, et vaicu les factions coalisées à Lui seul.

Il n’y a pas d’autre dieu que Dieu, et nous n’adorons que Lui, avec une foi sincère, quoi que cela puisse déplaire aux infidèles.

Seigneur ! Je Te demande la foi, la piété, et la pureté et la richesse.

Seigneur ! Louange à Toi, comme nous l’exprimons et mieux encore.





Allàhoummadj’al fi qalbi nourà, wa fi nafsi nourà.

Rabbi -shrahli sadri, wa yassir li amri.

Inna as-s-safà wal-marwata min sha’à’irillàh, fa mane hadjdjal bayta awi’tamara, falà djounàhà ‘alyhi ane yattawwafa bihimà, wa man tatawwa ‘a khayran, fa innallàha shàkiroun’alim.



>>Seigneur ! Illumine mon cœur ainsi que mon âme.

Seigneur, soulage mon cœur et facilite ma tâche.

As-Safà et al-Marwah sont des rites prescrits par Dieu.

Celui qui accomplit le grand ou le petit pèlerinage du Temple peut sans inconvénient célébrer sa procession, ceux qui le font de grand cœur le font pour le bien, car Dieu est Reconnaissant et Omniscient.





Allàhoumma inni as’alouka ridàka wal djnannah, wa a’ouzoubika min sakhatika wa-n-nàr, wa mà youqarribouni ilayhà min qawlin aw fi’lin, aw ‘amal.

Allàhoumma, bi nourikah tadaynà, wa bi fazlika, staghnaynà, wa fi kanafika, wa in’àmika, wa ‘atàika, wa ihsànika, ‘asbahnà wa ‘amsaynà. Antal awwalou, falà qablaka shay’, wal àkhirou falà ba’daka shay’, wa zzàhirou falà shay’ a fawqak, wal bàtinou falà shay’a dounak. Na’ouzoubika minal falassi, aw-l kassal, wa’azàbal qabri, wa fitnatil ghinà, wa nas’aloukal fawza bil djannah.



>> Seigneur ! J’aspire à Ta satisfaction et au Paradis. Je cherche en Toi un refuge contre Ton courroux et l’Enfer et contre toutes les paroles, actions ou actes qui pourraient me les faire mériter.

Seigneur ! Ta lumière nous guide. Ta générosité nous enrichit. C’est sous Ta protection que nous sommes nuit et jour comblés de Tes largesses, de Tes dons et de Tes bienfaits.

Tu es le Premier que rien ne précède et le Dernier à qui rien ne succède. Tu es l’Apparent que rien ne surpasse et le Caché dont rien n’atteint la subtilité.

Nous cherchons auprès de Toi un refuge contre la faillite, la paresse, les tourments de la tombe et la séduction trompeuse de la richesse.

Nous Te prions de nous faciliter l’accès au Paradis.









Rabbighfir -war-ham, wa’fou wa takarram, wa tadjàwaz ‘ammà ta’lam, innaka ta’lamou mà là na’lam, innaka antal a’azzoul akram.

Inna as-s-safà wal-marwata min sha’a irillàh, fa man hadjdjal bayta awi’tamara falà djounàha ‘alyhi an yattawwafa bihimà, wa man tatawwa’a khayran fa innallàha shàkiroun’alim.





>>Seigneur ! Pardonne, sois généreux, indulgent, et répands Ta grâce.

Pardonne-nous tout ce que Tu sais, Toi qui connais tout ce que nous ignorons. Tu es le Tout-Puissant et le plus Généreux.

As-Safà et al-Marwah sont des rites prescrits par Dieu, celui qui accomplit le grand ou le petit pèlerinage du Temple peut sans inconvénient y célébrer la procession. Ceux qui le font de grand cœur le font pour leur bien, car Dieu est Reconnaissant et Omniscient.






Douà durant le septième et dernier parcours (De Safà vers Marwàh)







Allàhou akbar, allàhou akbar, allàhou akbarou kabirà, wal hamdoullillàhi kaçirà.

Allàhoumma habbib ilayyal imàn wa zayyinhou fi qalbi, wa karrih illayal koufra wal fossouqa, wal ‘isyàn wadj’alni min arràshidin.

Rabbighfir-war-ham, wa’fou wa takarram , wa tadjàwaz ‘ammà ta’lam, innaka ta’lamou mà là na’lam, innaka anta allàhoul a’azzoul akram.





>>Dieu est le plus Grand, Dieu est le plus Grand, Dieu est plus Grand que tous les grands. Que Dieu soit bien loué.

Seigneur ! Fais-moi aimer la foi et magnifie-la dans mon cœur, fais-moi hair l’infidélité, la débauche et la désobéissance.

Compte-moi (O mon Dieu !) parmi les gens de la droiture.

Seigneur ! Pardonne, sois généreux, indulgent, et répands Ta grâce.

Pardonne-nous tout ce que Tu sais, Toi qui connais ce que nous ignorons.

Tu es le Tout-Puissant et le plus Généreux.






Invocation à prononcer à l’issue de la procession





Rabbanà taqabbal minnà, wa ‘àfinà, wa’fou ‘annà, wa alà tà ‘atika wa shoukrika a’innà. Wa ‘alà ghayrika, là takilna wa ‘alàl imàni, wal islàmil kàmili djam’an tawaffànà, wa anta ràdin ‘annà.

Allàhoumar ham-ni bi tarkil ma’àssi mà abqaytani, war hamni an atakallafa mà là ya’nini war zouqni houssnan-nazari, fimà yourzika ‘anni, yà arhamar ràhimin.





>>Seigneur ! Daigne accepter de nous (la procession). Garde-nous en bonne santé. Pardonne-nous et aide-nous à T’obéir et à Te louer.

Seigneur ! Fais que nous ne dépendions que de Toi, fais que nous puissions mourir autant avec la foi qu’avec l’observance complète de l’Islam et en ayant obtenu Ta satisfaction. Seigneur ! Que Ta clémence nous fasse éviter les péchés, tant que Tu nous garderas en vie. Que Ta miséricorde m’épargne de me mêler de ce qui ne me concerne pas. Donne-moi la perspicacité qui me permette de gagner Ta satisfaction. Seigneur, Tu es le plus Miséricordeiux des miséricordieux.





Rabbrighfir war-ham, wa’fou wa takarram, wa tadjàwaz ‘ammà ta’lam, innaka ta’lamou mà là na’lam, innaka antallàhoul a’azzoul akram.

Rabbanà nadjdjinà minannàr, sàlimina ghànimina, farihina moustabshirin ma’a ‘ibàdika as-sàlihin, ma’allazina ana ‘amallàhou ‘alayhim minan-nabiyyina, was-siddiqqina, wa sh-shouhadà’i, wa as-sàlihin, zàlikal fazlou minallàh, wa kafà billàhi ‘alimà.



Là illàha illallàh haqqan haqqa, là illàha illallàh ta’abboudan wa riqqa, là illàha illallàh là na’boudou illà iyyàh mouklissina lahou-d-din, wa law karihal kàfiroun.



(Chaque fois que l’on se rapprochera d’Al-Marwa il faudra dire)



Innas-safà wal-marwata min sha’a irillàh, fa man hadjdjal bayta aw i’tamara, falà djounàha alayhi an yattawwafa bihimà, wa man tatawwa’a khayran fa innallàha shàkiroun’alim.







>> Seigneur ! Pardonne-nous, sois clément et indulgent et généreux. Seigneur ! Ne tiens pas compte de ce que Tu sais car Tu sais tout ce que nous ignorons. Tu es en effet le Dieu Tout-Puissant et le plus Généreux. Seigneur ! Epargne-nous le châtiment du feu, accorde-nous la paix, la réussite, le ravissement et la joie anticipée du bonheur qui nous attend au sein de Tes serviteurs vertueux, parmi ceux que Dieu a comblés de Ses bienfaits, et qui sont les Prophètes, les premiers à croire, les martyrs et les dévôts. Ceci est une faveur de Dieu. Et il nous suffit que Dieu le sache.

Il n’y a point d’autre dieu que Dieu. C’est là la vérité authentique. Il n’y a point d’autre dieu que Dieu.

Nous le proclamons en toute adoation et en toute humilité. Il n’y a point d’autre dieu que Dieu et nous n’adorons que Lui, avec une fois sincère, même si cela doit beaucoup déplaire aux infidèles.



Et chaque fois qu’il s’approchera d’Al-Marwah, le pèlerin dira :



As-Safà et Al-Marwah sont des rites prescrits par Dieu. Celui qui accomplit le grand pèlerinage du Temple ou le pèlerinage mineur peut sans inconvénient célébrer la pocession entre elles. Ceux qui le font de grand coeur le font pour leur bien, car Dieu est Reconnaissant et Omniscient.







TAKSIR



Après le fin du sa’yi, il est obligatoire de faire le taksir qui consiste à se faire couper quelques ongles , ou un peu de moustache ou une mèche de cheveux.



Il n'est pas interdit ni obligatoire de se raser la tête après Oumrà-é-tamatto (pour les hommes).



Ne pas oublier de faire le niyat : "je fais taksir pour le Omrà-é-tamatto Hadjoul Islàm wadjib kourbatane ilallàh".

Une fois le taksir accompli, on peut enlever l'ehràm et ainsi tous les interdits de l'ehràm disparaissent, sauf la chasse qui est dans tous les cas interdite à Makkà.



Ceci termine la première partie (Oumrà-é-tamatto) du Wadjib Hadj.

Il reste à accomplir la deuxième partie.



N.B. : Dans le Oumrà-é-moufridà (en dehors de la période de wadjib hadj), il y a encore la tawàfoun-nissà à ne pas oublier.

Vous n’avez pas le droit de laisser des commentaires